L'église

 

L’église actuelle comprend trois parties bien distinctes :

un chœur roman du XIe siècle composé d’une travée droite avec voûte en plein cintre et d’une abside hémicirculaire, couverte d’une voûte en cul de four, s’élevant au dessus d’une petite crypte, l’absidiole côté nord est également conservée. 

un transept du XIe siècle fortement remanié, au XIVe et surtout au XVIe siècle,

une nef néogothique construite au début du XXe siècle d'après les plans de l’architecte dijonnais Charles Javelle. (Lien)

 

A l’extérieur, l'harmonie des volumes du chevet offre au regard un spectacle de qualité tandis que sur la façade occidentale, faute de moyens financiers, l’escalier monumental qui devait permettre l’accès à la nef, par la place du champ de foire, n’a pas vu le jour (pas plus que la flèche), laisse une large fenêtre à trois battants témoigner de cette entrée escamotée.

 

Depuis juin 1983, le chœur, le transept et le clocher sont classés aux monuments historiques ; la nef est inscrite.    

 

                    

                                    chevet et clocher                                                        façade occidentale

 

 


 

 

                                                 

                                      Arcatures et colonnettes                                                    Chapiteau

 

 

                                                                           

                                                                                                        Nef et choeur

 

 

Le chœur (restauration conduite de 1988 à 1998) et l’absidiole nord (restaurée en 1981) présentent des arcatures aveugles portées par des colonnettes légèrement galbées à chapiteaux décorés d’entrelacs et de feuillage stylisé. L’ensemble est caractéristique du second quart du XIème siècle.

C’est un témoignage exceptionnel de l’art roman bourguignon.

L’importante restauration des années 90 a permis de reconstituer la crypte et les arcatures murales du chœur et a confirmé les traces de 3 ouvertures en plein cintre dans le pignon sud du transept, remplacées, au XVème siècle, par une baie à remplage flamboyant. Les fouilles réalisées permettent de concevoir la suite des travaux à conduire dans le transept.

 

Dans le croisillon sud, un cippe gallo-romain, dédié à la déesse Séquana, vénérée à quelques kilomètres de là, aux sources de la Seine, sert, actuellement, de support à l’autel de la vierge. (Inscriptions)

 

Plusieurs dalles funéraires sont à remarquer dont celle qui présente les outils d’un charpentier.

 

Dans le croisillon nord, c’est un gisant qui mérite l’attention. (Gisant)

 

 

                                     

                                          Notre dame de Salmaise                                    Cippe gallo-romain

 

 

               

                                                                                     Gisant