Les halles

                                           

 

Les habitants de Salmaise qui venaient d’obtenir leur charte de franchises, (Charte de franchise) octroyée le 12 mai 1265 par Etienne II de Mont Saint Jean, édifièrent ce bâtiment comme symbole de leur nouveau statut, comme lieu d’exercice de leurs nouveaux droits, c’est, en quelque sorte leur forum, à la fois lieu d’expression politique et centre commercial.

C’est une construction  basse et étroite d’une trentaine de mètres de longueur ; sa couverture en laves est supportée par une robuste charpente qui repose sur douze piliers assez frustes, seuls quelques monolithes soulignent le souci de mettre en œuvre un matériau de qualité qui peut provenir -comme le cippe gallo-romain de l’église- d’un temple situé aux sources de la Seine.

C’est, pour cette époque, un édifice exceptionnel en milieu rural.

 

Le blason, sculpté sur le dernier pilier nord, très effacé aujourd’hui, portait, d’après la tradition, un croissant de lune avec trois étoiles à cinq branches.

Ce blason ferait référence à Guillaume II de Mont Saint Jean, seigneur de Salmaise, mort à la croisade, lors de la bataille de la Mansourah en 1250.

Il figure, depuis 1982, comme armoiries, sur les documents officiels de la Commune. ( Blason )

 

Les halles, lieu d’expression politique.

C’est là que se réunissent, avant la Révolution, les responsables de la Communauté villageoise pour désigner le Maire, les Echevins, le Recteur d’école, les Gardes-champêtres, le Marguillier, les pâtres… Pendant la Révolution, Salmaise étant devenu chef lieu de l’administration cantonale, d’autres lieux plus spacieux, sont aussi utilisés (l’église, la cure…). Toutefois, en 1790 encore, le registre des délibérations mentionne une convocation, faite au son de la cloche, pour une réunion à six heures du matin, aux halles.

 

Les halles, lieu d’échange économique.

A l’époque, elles abritent les marchands qui fréquentent le marché hebdomadaire du mardi et les cinq foires annuelles. A l’intérieur, dans l’épaisseur du mur, on distingue, aujourd’hui encore, les évidements qui permettaient de placer des planches formant des rayonnages pour l’exposition des produits.

 

Les halles, lieu de rencontre et de convivialité.

Aujourd’hui encore différentes manifestations annuelles donnent vie à ce lieu de convivialité.

C’est le cas de la foire artisanale qui se tient le deuxième dimanche de juin, du concours des « peintres au village » en août et des commémorations nationales, en particulier celle du 14 juillet.

 

Les halles, classées « monument historique » depuis 1930, ont été restaurées en 1981 et bénéficient, depuis novembre 2008, d’un éclairage nocturne qui met en valeur les trois éléments architecturaux les plus significatifs : les piliers, la charpente et la couverture en laves.